GALERMI

Projet de recherche financé par le LabexMed du PIA 2011, et porté par Sophie Bouffier, professeur d’histoire grecque occidentale à Aix-Marseille Université, Centre Camille Jullian, HYDROSYRA vise à réaliser une étude interdisciplinaire de l’aqueduc du Galermi, ouvrage d’architecture et d’ingénierie hydraulique d’environ 30km de longueur, qui puise sa source en différents points des monts Hybléens, dans l’arrière-pays de Syracuse (Sicile, Italie), et se jette dans le Grand Port de la ville ; il a été creusé puis entretenu pour servir différents projets socioéconomiques des autorités locales à diverses époques. Cet aqueduc, réalisé entre le 5e s. av. J.-C. et le Haut-Empire, a d’abord alimenté en eau potable la ville grecque et/ou romaine de Syracuse. Aux 16-17e siècles, il a fait l’objet de remaniements partiels qui ont modifié les prises d’eau et semble-t-il le tracé du canal, et qui ont vu l’installation de moulins à farine. Au 19e s., le jeune Etat italien récupère l’ouvrage et exproprie progressivement les voisins immédiats qui exploitaient illégalement l’aqueduc. Celui-ci est alors consacré uniquement à l’irrigation du territoire syracusain selon un système de concessions qui n’a presque pas changé depuis le 19e s. Il favorise ainsi la mise en place d’une économie agraire et d’un paysage spécifiques. On y installe même la première centrale hydroélectrique de la région. Confié à la responsabilité technique du Génie Civil et à la tutelle patrimoniale de la Surintendance aux Biens Culturels de Syracuse, il est au centre de la gestion politique et économique d’un territoire méditerranéen.
Cet aqueduc n’a jamais fait l’objet d’une étude spécifique, comme celle qui a pu être réalisée sur l’aqueduc du Pont du Gard dans les années 1990, et qui sert de modèle au projet lancé ici. Le Galermi, parce qu’il est un ouvrage hydraulique à la fois très élaboré sur le plan technique et relativement simple sur le plan architectural, permet d’approfondir nos connaissances sur les aqueducs grecs, aujourd’hui mal connus, à l’exception de prototypes tels que l’aqueduc archaïque d’Eupalinos de Samos ou les aménagements plus tardifs de Pergame. Mais le projet, plus ambitieux, veut embrasser toutes les facettes de la diachronie car l’aménagement a marqué l’histoire du territoire syracusain et des mentalités de ses exploitants depuis l’époque antique. Il s’agit d’abord de reconstituer le cadre paléoenvironnemental disponible selon les époques d’exploitation de l’aqueduc afin de comprendre en quoi il a pu répondre à la demande hydraulique des populations locales. Les données que pourront nous apporter les paléo-environnementalistes à partir des analyses de concrétionnements et de qualité de l’eau pourront également être utiles aux paléoclimatologues et environnementalistes travaillant sur d’autres types d’objets. Il s’agit également d’étudier l’aqueduc dans sa spécificité architecturale et technologique car il atteste l’application de savoirs et de compétences techniques propres aux diverses époques qui l’ont réalisé puis adapté aux besoins propres de chaque société. Il s’agit enfin à la lumière des conditions actuelles d’exploitation de la ressource, de proposer une étude comparative des politiques publiques menées en Sicile en matière de gestion d’eau. Le caractère novateur du projet réside dans la multifonctionnalité de l’objet, qui témoigne ainsi des mutations d’usage que certaines sociétés méditerranéennes ont imposées à leurs aménagements majeurs. Fondamentalement interdisciplinaire, le projet fait appel aux compétences de plusieurs disciplines des SHS : géomorphologues et paléo-environnementalistes, archéologues, architectes, historiens, et anthropologues.

Gestion des ressources en eau d’un territoire méditerranéen de l’Antiquité à nos jours : le cas de l’aqueduc du Galermi à Syracuse